Patrick Gérault apporte des mots évocateurs de sentiments et d’images où tout un chacun voit resurgir ses réminiscences. « Moineau babille / … Nicheur d’art rare ». Il magnifie Paris et nous entraîne dans les recoins de ses souvenirs « Les yeux des amoureux changent/Avec les reflets lumineux des bars », de SA ville si particulière et tant diverse « Dans les rues …/les gares/ Elle court derrière le temps ». Cet amour courtois entre lui et elle, fait d’instants privilégiés se révèlent à la lecture. « Un petit café/…/ Réchauffe le zinc ». Les illustrations de Pascal Olive donnent corps aux images intimes de cet amour commun.